mardi 15 avril 2014

Pour l'Europe : enfin un argument pur porc !


S'adressant aux "jeunes", Monsieur Joseph Daul, président du Parti Populaire Européen (PPE, coalition des "droites" européistes), a enfin trouvé un argument digne de lui, et bien représentatif du niveau intellectuel et moral de la classe politique française. Si un rédacteur de dictionnaire (Finkielkraut ?) cherche un exemple pour illustrer les articles "démagogie" ou "vulgarité", voici de quoi faire :

«Et puis je leur dis qu'à leur âge, à 18 ans, quand je voulais aller à Kehl pour voir les films pornos qui étaient interdits en France, il fallait parfois deux heures et demie pour passer la douane ! On arrivait au cinéma et le film était terminé ! Et puis une fois sur deux, j'avais oublié le porte-monnaie avec les marks ! Quand on leur explique des choses comme ça, aux jeunes, ils voient tout de suite à quoi sert l'Europe.»

Le brave Joseph est sûrement très sincère en disant cela. Il cligne de l'oeil et joue au roublard graveleux, mais la vérité du bon Dieu, c'est qu'il aurait bien du mal à trouver un autre argument. Dialectiquement, les européistes sont à la rue. Ils n'ont plus de raisons sérieuses à avancer. La suppression des postes-frontières et la levée des contraintes de change sont bien les seules conquêtes qu'ils puissent avancer à l'actif de leur fameuse "construction". Se rendent-ils compte du caractère dérisoire de ces résultats ?

"La souveraineté ? L'indépendance ? La démocratie ? Allons, allons, leur abandon est un prix bien doux pour s'épargner dix minutes d'attente à la frontière !"

Voilà où en sont nos élites.

2 commentaires:

  1. La vulgarité est non seulement typique de l'epoque mais aussi révélatrice du mépris dans lequel M Daul tient ses interlocuteurs. Il les

    RépondreSupprimer
  2. Il les voit comme incapables de s'interesser au bien commun et uniquement centrés sur la recherche de plaisirs grossiers et immédiats ...

    RépondreSupprimer