mardi 10 juin 2014

Liquéfaction générale



L’économie politique transforme les hommes pour les rendre conformes à sa théorie. Ainsi l’humanité doit-elle peu à peu devenir telle qu’elle puisse rendre vrai –vérifier- l’équilibre général, à savoir : liquide. La théorie économique classique postule, en effet, que tous les ajustements doivent pouvoir se faire instantanément, comme dans un vaste système hydraulique : adaptation de l’offre à la demande sous la forme de prix d’équilibre (salaire, taux d'intérêt), mobilisation instantanée du capital et du travail, le tout sans viscosité. Tel est en tout cas l’idéal pour que le système fonctionne bien, conformément à son épure mathématique. Il faut donc éliminer tous les "grumeaux", qui empêchent la circulation optimale des facteurs de production. S'agissant du Capital, cette liquéfaction ne présentait pas de problème autre que purement technique. Elle est à présent parfaitement réalisée: les masses financières se déplacent librement tout autour de la terre, à la vitesse de l'électricité, s'engageant et se désengageant au sein d'un espace de valorisation homogène. En revanche, la liquéfaction du Travail est un peu plus difficile. Car d’un point de vue humain, les "grumeaux", les viscosités se nomment : attachement à une terre, préférence pour un métier, interdits moraux et religieux, affection pour des gens, appartenance à une communauté, intérêt des entrepreneurs pour la vie de leurs salariés, motivations autres que pécuniaires. Cette liste, c'est la liste des choses que la globalisation doit détruire. Nous y sommes presque. Une fois que tous les grumeaux sont dissous, on obtient l’homo oeconomicus, qui n’existait pas au début, mais que la théorie finit par faire advenir : une humanité liquéfiée. Pour la décrire de manière spéculative, et en saisir toutes les dispositions spirituelles, on lira avec profit la description, belle dans son abstraite étrangeté, que Hegel donne de l’eau dans l’Encyclopédie des sciences philosophiques (§284) : « L’eau est ce qui est neutre, ce qui n’ayant pas d’individualité qui soit pour elle-même, n’ayant par conséquent en elle ni rigidité ni détermination, dissout toute déterminité mécaniquement posée en elle, ne reçoit que de l’extérieur la restrictivité de la structure et la cherche à l’extérieur, sans avoir en soi l’inquiétude du devenir » Il est frappant de constater que les hommes correspondent de mieux en mieux à cette définition, qui est aussi celle des biens en situation de concurrence pure et parfaite, telle que fixée par la théorie économique : atomicité, homogénéité, transparence, -le tout en libre circulation.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire