jeudi 24 juillet 2014

Encore une énigme




Nous ne discuterons pas de la question de savoir si la stratégie de l’actuel Gouvernement israélien est avisée ou suicidaire, sans espoir ou supérieurement machiavélique. L’Orient compliqué nous dépasse. Nous voudrions simplement soulever la stupéfiante incohérence que révèle l’attitude de François Hollande à l’égard d’Israël.

Comme on sait, le chef de l’Etat soutient sans réserve l’Etat hébreu. Qu’est-ce à dire ? Concrètement, cela signifie qu’il approuve le comportement d’un Etat qui applique l’ensemble des principes classiques du « nationalisme intégral » : une conception intransigeante de la souveraineté qui n’a rien à envier à celle de Richelieu ; un recours à toutes les maximes de la Realpolitik et de la raison d’Etat, bien loin des billevesées du progressisme humanitaire ; et surtout, un attachement passionné à demeurer une nation ethniquement et culturellement homogène.

Rien dans tout cela ne nous choque. Ces principes sont ceux-là mêmes qui ont fait la grandeur passée de la France, cet autre « royaume davidique ». Et nous savons bien –pour souffrir de l’oubli de cette vérité- que l’homogénéité identitaire est une des conditions essentielles de la cohésion sociale et de la démocratie réelle. Le bon sens, comme les études empiriques le démontrent.

Non, ce qui choque, et le mot est faible, c’est que François Hollande approuve à l’étranger ce qu’il réprouve chez nous ! C’est qu’il soutienne en Israël ce qu’il n’a pas de mots assez durs pour condamner en France. Car les principes que nous venons de citer sont l’antithèse parfaite de ceux que le chef de l’Etat applique dans notre pays : encouragement à l’immigration massive, mépris des aspirations identitaires des Français, repentance systématique, soumission répétée aux desiderata d’entités supranationales, promotion des chimères délétères du multiculturalisme, criminalisation croissante de la légitime défense (ironie sanglante quand on soutient la politique d’Israël !).

Que les partisans du cosmopolitisme, que les ennemis du principe national, que les immigrationnistes forcenés soient aussi des contempteurs de l’Etat hébreu, c’est normal, c’est dans l’ordre. Ils détestent les nations où qu’elles soient et rêvent d’un monde « Benetton », qui n’existe que dans leur tête. C’est un rêve, et ce n’est même pas un beau rêve. Mais qu’un partisan d’Israël aussi enthousiaste que François Hollande puisse continuer de conduire la France comme il le fait, c’est là une énigme impénétrable.

Si quelqu'un a une idée, il peut me l'adresser sous pli discret...





1 commentaire:

  1. Justes observations cher Frédéric
    Je propose quelques éléments de reponse
    Tout d'abord il est probable que nos dirigeants n'aient pas vraiment d'idees arrêtées sur ces sujets et se bornent à dire des choses de nature à plaire aux journalistes et au show biz
    Ensuite il est possible que les intellectuels qui inspirent les médias et les élus ignorent le principe de non contradiction. Vérité ici erreur ailleurs ...
    Enfin n'oublions pas que Israël est un État petit et récent qui peut se targuer d'avour été persécuté . Ce qui le distingue de la France, grand et vieux pays...or il existe de nos jours chez beaucoup une profonde inclination pour les micro nationalismes : Kanaks, corses, Basques, Catalans, Bretons, Flamands, Écossais....ils sont en général jeunes et fragiles, sans ambition géopolitique ....c'est peut être une piste

    RépondreSupprimer