vendredi 31 octobre 2014

En route vers le Point Oméga !


                                                Plan pour rejoindre le Christ cosmique



L’autre jour, j’ai voulu faire un effort et me lancer dans la lecture de Teilhard de Chardin. Une gloire des années 50 ! Le Luis Mariano de la théologie !

Après tout, les idées que j’avais depuis longtemps sur ce jésuite paléontologue (à savoir qu’il s’agit d’un penseur fumeux et sans doute hérétique) n’étaient que des préjugés, puisque je n’en avais jamais lu une ligne.

Or, donc, j’ouvre le premier volume de ses écrits théologiques. Je choisis un essai au titre assez tordu -Comment je crois- mais prometteur d’une synthèse accessible. Aussitôt lancé, passée l’impression d’entrer dans un brouillard de mots, voici que je débouche sur une affirmation on ne peut plus tranchante et mieux frappée :

"Le Monde, telle est en dernière analyse la première, la dernière et la seule chose en laquelle je crois."

Voilà qui a le mérite d’être clair.

Une autre ?

"On peut définir en avant de nous un centre cosmique universel où tout aboutit, où tout se sent, où tout se commande. Eh bien, c'est en ce pôle physique de l'universelle Evolution qu'il est nécessaire, à mon avis, de placer et de reconnaître la Plénitude du Christ... L'Evolution en découvrant un sommet au monde, rend le Christ possible..."

Vous avez bien lu : l'Evolution (avec une majuscule, of course) rend possible l'existence du Christ dans l'avenir !

Il fallait donc se rendre à l’évidence : mes maîtres thomistes ne m’avaient pas trompé. Ils avaient même été gentils. Non seulement Teilhard était hérétique, mais il était athée -ou panthéiste, ce qui revient au même. On peut même voir en lui l'un des fondateurs de la religion New Age. Le précurseur de Raël. Certains vont dire encore que j'exagère. Mais non. Ou alors pas assez. Voyez ce qu'il écrivait à Léontine Zanta (journaliste féministe née en 1872 et morte en 1942) :

« Comme vous le savez déjà, ce qui domine mon intérêt et mes préoccupations est l’effort pour établir et répandre autour de moi une nouvelle religion (vous pouvez appeler cela un christianisme amélioré) dans laquelle le Dieu personnel cesse d’être le grand propriétaire néolithique d’autrefois, afin de devenir l’âme du monde; notre scène culturelle et religieuse appelle à ce changement.» (Correspondance, Paris, Desclée de Brouwer, 1965, p. 127).

Voilà, voilà. Anathema sit.
Je vous accorde que je rends ma sentence très rapidement, mais vous m'accorderez à votre tour qu'il y a des dossiers vraiment trop faciles. Les inquisiteurs ont le droit aussi de prendre leur après-midi !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire