vendredi 3 octobre 2014

Soyons sérieux


Vous aimez la France ? Vous estimez, comme toute personne équipée d’un cerveau en état de marche, qu’elle est en train de crever ? Alors, comprenez bien une chose : Nicolas Sarkozy ne fera rien pour elle. A soixante ans, on ne change pas. Sarkozy, de nouveau en place, ferait ce qu’il a toujours fait : du marketing, des promesses….et RIEN. Rien de Rien.

Prenons les dossiers dans l’ordre. Il y en a trois principaux : la souveraineté, l’immigration, la sécurité. On pourrait ajouter, si on avait le temps : la dette publique, le système scolaire, la liberté des entreprises. En 2007, Sarkozy a promis le retour de l’indépendance française, le recul de l’immigration, le « kärcher » dans les banlieues. Qu’a-t-il fait ? Le contraire.

Il a commencé par faire avaliser par le Parlement le Traité de Lisbonne, qui avait été rejeté par référendum. Forfaiture inouïe contre les institutions et la souveraineté populaire. Le genre d’acte pour lequel le Général de Gaulle estimait qu’on méritait le poteau. Immigration ? Elle n’a jamais été aussi massive que sous Sarkozy, atteignant un rythme de croisière de 250.000 entrées par an. Oubliées les rodomontades de campagnes pour attirer les électeurs ! Oubliée la suppression de l’Aide Médicale d’Etat, oubliée la suppression du regroupement familial ! Sécurité ? Sarkozy, refusant de construire de nouvelles prisons, a décidé de les vider en faisant voter la « loi Dati », dont l’actuelle « loi Taubira » n’est qu’une aggravation (en vertu de la première, aucun condamné à moins de deux ans ne va en prison, ce sera désormais aucun condamné en dessous de cinq ans). Cette loi est un des ressorts fondamentaux du laxisme et de l’impunité qui rongent la société française.

On continue ? Education : Sarkozy n’a rien fait pour rétablir la méthode syllabique à l’école, rien fait pour desserrer le carcan qui empêche le développement libre des écoles privées, rien fait pour remonter le niveau de recrutement des professeurs, désormais embauchés à 4/20 de moyenne. Dette publique ? Elle a explosé sous Sarkozy, en même temps que les impôts ; et Sarkozy n’a strictement rien fait pour réduire massivement les dépenses publiques. Liberté des entreprises ? Sarkozy n’a pas touché aux 35 heures, contrairement à ses innombrables et lassantes promesses, usées comme de vieilles savates. Sarkozy est un menteur, un bonimenteur, un as du marketing, tout ce que l’on voudra. Mais ce n’est pas un chef d’Etat. Il n’a aucune conviction, aucune volonté de sauver la France.

Il ne suffit pas d’avoir l’air un peu moins ridicule que François Hollande pour incarner l’homme providentiel.



1 commentaire:

  1. J'ajoute qu'avec la QPC Sarko a renforcé le gouvernement des juges qu'il prétendait combattre.

    Il est d'ailleurs silencieux sur les syndicats dans l'armée qui devraient indigner tout patriote!

    RépondreSupprimer