lundi 12 janvier 2015

Un peu de physique



Opposants au principe de causalité


Sans avoir fait Polytechnique, chacun sait vaguement que le réel est régi par des lois. Certains se souviennent sans doute, par exemple, de la loi d’Archimède : « Tout corps plongé dans un liquide reçoit de la part de celui-ci une poussée verticale, dirigée de bas en haut, égale au poids du volume de liquide déplacé ». Les lois, on n’y peut rien, il faut faire avec. C’est pourquoi un philosophe (Bacon) a dit : « On ne peut commander à la nature qu’en lui obéissant. » Bon, jusqu’ici tout va bien.

Ajoutons maintenant que la réalité humaine, sociale, culturelle n'est pas extérieure au monde physique. Elle en est une province particulièrement complexe, mais également soumise à des lois. Il ne s’y passe pas n’importe quoi dans n’importe quelles conditions. Les lois de la physique sociale ne sont certes pas aussi facilement quantifiables que les lois de la physique des corps, mais enfin on observe tout de même des régularités, preuve que le principe de causalité est à l’œuvre.

Par exemple, toute augmentation de la proportion de musulmans dans une zone donnée provoque une augmentation du sentiment anti-juif dans ladite zone, ainsi qu’une réduction des libertés publiques. C’est de la physique. Cela tient principalement au fait que les musulmans croient à la provenance divine du Coran, et donc au caractère obligatoire des prescriptions qui y sont contenues. Ces dernières sont assez nettement défavorables aux libertés de type occidental et franchement hostiles aux juifs et aux chrétiens. C’est assez simple. A ce premier facteur explicatif s’ajoutent les circonstances historiques depuis 1948, qui chauffent à blanc l'antijudaïsme, pour le rendre encore plus virulent que l'anti-christianisme. 

Or, nos gouvernants depuis quarante ans, n’ont de cesse d’attirer en France des millions de musulmans pour qu'ils s'y installent durablement. Ils ont, de surcroît, veillé à ce que les populations en question ne soient pas le moins du monde assimilées à la culture française, mais demeurent bel et bien musulmanes. Les conséquences prévisibles ne manquent pas de se produire. Il suffit d’attendre que les concentrations atteignent les seuils critiques nécessaires. La science sociale n’est certes pas capable, à la différence de la science physique, de déterminer de manière précise ce genre de grandeurs quantitatives, mais elle peut assurer qu'elles existent.

En l’occurrence, on peut dire qu’un processus d’islamisation est entamé. Il ne se passe donc rien de surprenant. Les premiers résultats sont là : plus aucun journal français ne publiera jamais une caricature de Mahomet ; des français juifs seront régulièrement assassinés par des moujaïdins nés à la Porte de Pantin. De ce point de vue, les manifestations organisées par le Gouvernement ressemblent à des manifestations contre la Loi d’Archimède. Il est même fatal, compte tenu du niveau de démence de nos sociétés, que ces manifestations tournent leur vindicte contre Archimède lui-même. N’a-t-on pas lu dans Libération que les récents assassinats avaient "la sale gueule de Zemmour, Houellebecq et Le Pen" ?

Archimède au poteau !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire