mardi 5 mai 2015

La République des sorcières

"Et sur ces autels que la foi antique environne de chérubins éblouis,
on a fait monter des prostituées nues." J. de Maistre

A m'entendre évoquer de plus en plus souvent Lucifer quand je parle de la République, certains sans doute s'inquièteront de ma santé mentale. Ne faut-il pas être un peu fou pour invoquer ce nom ? Et du dernier extrémisme ? Evidemment, vous devinez ma réponse. Ce sera la fameuse phrase de Baudelaire, maistrien devant l'Eternel : "La plus belle ruse du diable est de vous faire croire qu'il n'existe pas." Mais plutôt que de faire dans la théorie, travaillons sur pièces ! Voyons comment la République française, fidèle si l'on peut dire aux promesses de sa fondation, manifeste en pleine lumière ses accointances avec le démon. Vous avez sûrement entendu parler des Femen, ce groupuscule d'origine ukrainienne, extraordinairement choyé par les médias occidentaux. La République française est devenue leur havre. Elle les réchauffe en son sein. Or, à quoi s'occupent ces jeunes femmes ? Essentiellement à combattre le christianisme traditionnel, c'est à dire l'orthodoxie à l'Est et le catholicisme à l'Ouest. Elles le combattent par le blasphème, l'agression, le sacrilège, l'insulte, le hurlement hystérique, la mascarade, l'appel au meurtre ("Kill Kirill", du nom du patriarche russe). Attaques vaines et ridicules, comme souvent les manifestations sataniques. Elles révèlent en tout cas une qualité d'exécration tout à fait exceptionnelle, par sa pureté et sa concentration sur les points capitaux de la doctrine chrétienne : la sacralité de la vie humaine, la pureté de Marie, le mystère de Jésus crucifié. Sur la première photographie, vous pouvez voir une Femen debout devant l'autel de l'église de la Madeleine, mimant un avortement avec un foie de veau sanguinolent entre les jambes. Et pas n'importe quel avortement : déguisée en Vierge Marie, la militante est censée avorter volontairement de Jésus. Tout cela au cri de "Joyeux Noël". Cela se passe de commentaire. Il est intéressant de savoir que les Femen bénéficient non seulement de la faveur chaleureuse du monde médiatique et de tout l'oligarchie mondialiste, mais aussi, très concrètement, et cela va sans dire, de la connivence des pouvoirs publics, qui leur ont obtenu des permis de séjour, des logements, une protection policière. Il y a mieux. La cheftaine de l'escouade française des Femen, Inna Shevchenko, s'est fait connaître en Ukraine pour un haut fait d'armes : elle a scié à la tronçonneuse la grande croix que l'Eglise avait installée sur une colline de Kiev, pour commémorer le martyre subi par les ukrainiens entre les mains des bolcheviques russes dans les années 30 (plusieurs millions de morts, essentiellement par famine organisée). On peut voir les images du tronçonnage héroïque ici. Question : quelle serait la réaction de nos gouvernants si les membres d'un groupuscule allaient détruire à la tronçonneuse le mémorial de Yad Vashem, et appelait publiquement au meurtre du Grand Rabbin d'Israël ? Se dépêcherait-on de leur accorder l'asile politique, les aidant à fuir les poursuites dont ils seraient l'objet en Israël ? C'est ce que nous avons fait avec les Femen. Il y a donc bien un anti-christianisme spécifique de la République française. 


Il y a mieux. La coupeuse de crucifix a non seulement trouvé un asile douillet en France, mais elle y a été accueillie avec la bénédiction des plus hautes autorités comme une sorte de pasionaria des valeurs de la République. A tel point qu'elle est promptement devenue, avec l'accord du chef de l'Etat, le symbole officiel de la République sur les timbres-poste.


On pouvait difficilement mieux faire pour témoigner l'hostilité de la République à l'égard des chrétiens. De la part du chef de l'Etat, c'est une véritable déclaration de haine. Un crachat à la figure. Un crachat furtif, non assumé, bien sûr. Car en plus d'être haineux, nos dirigeants sont les derniers des lâches.


La nouvelle Marianne, elle, s'est montrée plus franche, déclarant : "Maintenant tous les homophobes et fascistes devront me lécher le cul quand ils enverront une lettre." N'est-ce pas grâcieux ?

Affirmer que ces femmes sont des agents de Lucifer ne me paraît pas vraiment exagéré. On peut certes leur pardonner, car je ne suis pas sûr qu'elles savent ce qu'elles font. Il se pourrait même qu'elles se donnent au plus offrant. Certains me diront, plus pragmatiques : "Elles font simplement partie de cette multitude de groupuscules agités par les officines atlantistes dans les pays de l'Est pour fournir aux lectrices de la presse féminine des raisons d'approuver les interventions de l'OTAN contre la Russie." A quoi je répondrai que les deux explications ne sont pas exclusives l'une de l'autre. Les forces de l'OTAN sont objectivement hostiles au christianisme et à sa vision de l'homme. Une chose en tout cas me paraît certaine : la République française voit en ces sorcières les dignes mascottes de ses principes fondamentaux.





1 commentaire:

  1. Évitons les simplifications hâtives. La stratégie américaine en Ukraine n'a pas de lien direct avec les manifestations cathophobes de Paris.
    En Ukraine, il existe (peut être) un lien entre OTAN et Femen mais certainement pas à Paris ou existe plus vraisemblablement un lien entre femens, libertins et médias.

    RépondreSupprimer