mardi 29 septembre 2015

Bienvenue en enfer



De tout temps, l'avortement a été considéré comme un mal. Les gouvernants, dans les années 70, ont estimé que, sans cesser d'être considéré comme un mal, il pouvait être tenu pour un moindre mal. Il fut donc dépénalisé. Tant que la discussion avait lieu sur cette base, il semblait que nous soyons encore dans le monde des humains, entre gens civilisés. Nous pouvions être en désaccord virulent, mais tout le monde était d'accord pour dire que l'avortement, consistant en la mise à mort délibérée d'un individu humain innocent, était un acte grave (on discutait seulement, si l'on peut dire, de la question de savoir si cet individu humain était ou non une personne à part entière). 

Depuis quelques années, nous avons quitté le monde des gens civilisés pour rejoindre l'Enfer, c'est à dire un monde où les valeurs sont totalement renversées. L'avortement est désormais présenté comme un bien, comme une conquête, comme une avancée, comme un trophée, comme une liberté magnifique, comme un objet d'amour qui mérite qu'on s'en fasse un tatouage doré sur l'épaule, comme on fait pour son amoureux. La mort, le mal, la mise à mort deviennent une culture à part entière. La réalité de l'avortement est niée, remplacée par un pur et simple mensonge, à savoir que le foetus est une "partie du corps de la femme" [1]. On comprend mieux les paroles mystérieuses du Christ dans l'Evangile, qui lie le mensonge à l'homicide :

"Vous autres, vous avez le diable pour père, et ce sont les désirs de votre père que vous voulez accomplir. Il était homicide dès le commencement, et il ne s'est pas maintenu dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité chez lui. Quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, parce qu'il est menteur et père du mensonge." (Jean 8, 44-47)

Y a-t-il encore quelque chose que l'on puisse dire de ce monde pour le défendre ?







[1] Il suffit à n'importe qui de taper "foetus 12 semaines" sur Google pour constater d'un seul coup d'oeil que le slogan "C'est mon corps" est un piteux et monstrueux mensonge. On peut espérer que le principe de Goebbels "Plus c'est gros plus ça passe" ne fonctionne plus aussi bien aujourd'hui.

1 commentaire:

  1. Tout ceci est malheureusement tellement vrai.
    Sur ce sujet de l'avortement j'avais commencé à regarder les effets des decisions du Chili ou de certaines régions du Mexique qui ont repenalisé ou n'ont pas dépenalisé l'avortement. Il est très intéressant de voir que la mortalité féminine diminue ou est plus faible dans ces cas-là. On peut aussi regarder la corrélation entre l'avortement et certaines maladies chez les femmes ou encore les taux de dépression ou de suicides. Certains pays, nordiques je crois, ont fait des études là-dessus il me semble. Une synthèse bien amenée sur ce sujet comme vous savez très bien le faire, serait intéressante et un bon outil pour remettre les choses à l'endroit (du moins dans la tête de certains). Avez-vous étudié la question dans un ancien billet ? Peut-être dans un des billets d'avant 2014 qui ne sont malheureusement plus en ligne sur votre blog (peut-on les trouver ailleurs ?)...

    RépondreSupprimer