lundi 7 septembre 2015

La Grèce et la Banque

Bonneteau européen

Résumons. Au début des années 2000, le patron de Goldman Sachs en Europe, un certain Mario Draghi, a aidé (contre 300 M€ de commissions) le Gouvernement grec à truquer ses comptes pour entrer dans l’euro. Les banques ont ensuite pu prêter des milliards à la Grèce ("un pays de l'eurozone, pensez donc, c'est du solide !") pendant des années, s’exposant à des niveaux déraisonnables auprès d’un débiteur structurellement insolvable. Quand la chose est devenue trop évidente, le patron de Goldman est devenu patron de la Banque centrale européenne où il a recommandé le « sauvetage de la Grèce » par les contribuables, c’est-à-dire le sauvetage des banques qui avaient prêté à un client particulièrement impécunieux. On a donc prêté de l’argent à la Grèce pour qu’elle puisse le rendre aux banques, les nouvelles dettes étant sur les épaules des Etats. Il est clair qu’en fait l’argent prêté à la Grèce a en partie servi à payer les bonus des banquiers européens (BNP et Deusche Bank essentiellement). Les banquiers doivent bien rire, entre eux, quand les portes sont refermées.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire