mercredi 18 mai 2016

Allez comprendre


Les médias, vous vous en doutez bien, ne sont pas là pour refléter le réel. Ils sont là pour fabriquer l’opinion, pour l’orienter, pour la surveiller, pour la canaliser. Prenons un exemple. On nous parle beaucoup, ces temps-ci, de l’élection présidentielle américaine. C’est que, je le rappelle au passage, la France n’étant désormais plus qu’un protectorat des Etats-Unis, nous n’avons plus de vie politique propre ; les citoyens sujets français sont invités à vivre au rythme de la vie politique de la capitale de l’Empire. Quant à la nôtre, qui n’a au fond plus d’importance, elle tourne à l’émission de téléréalité. Tout le monde est candidat, n’importe qui sera élu. Mais quelle importance ? Les décisions sont prises ailleurs. Le fait qu’on nous entretienne soir et matin d’une élection à laquelle nous ne prendrons pas part n’est pas si absurde qu’on pourrait le penser ; c’est une illustration de notre situation politique réelle. Mais je digresse. A propos de l’élection américaine, le point essentiel, c’est l’hostilité de l’ensemble des médias à l’égard de Donald Trump. Car même si les Français ne participent pas à cette élection, l’oligarchie tient à ce que leur conscience reste pure : il ne suffit pas d’être un spectateur impuissant ; encore faut-il être un spectateur docile. En conséquence, le but essentiel de tout ce que vous voyez à la télévision est de vous faire penser du mal de Donald Trump. Et ça marche. Un récent sondage (IFOP mai 2016) montre ainsi que 80% des Français ont une mauvaise opinion du personnage. Mais réfléchissons un instant. Sur quoi se fonde cette mauvaise opinion ? Eh bien sur ce que nous montrent les médias. A savoir ? Trump faisant la grimace, Trump tenant des propos vulgaires, Trump faisant des blagues lourdes, Trump entouré d’une brochette de starlettes en maillot de bain, Trump faisant du catch, Trump avec son teint carotte et sa moumoute jaune, bref, Trump en caricature d’agent immobilier du Texas. On admettra sans difficulté que le personnage est assez vulgaire. Il n’est pas à la hauteur esthétique d’Obama, parfait mannequin tombé du catalogue. Mais pourquoi ne pas nous parler de son programme ? De ses idées ? La réponse est très simple, la voici en style télégraphique.

L’essentiel du programme de Trump tient en trois points. Il est :
1.    Contre l’immigration
2.    Contre les interventions des Etats-Unis au Moyen-Orient
3.    Favorable au protectionnisme, contre le traité transatlantique


Or, l’oligarchie en place est :
1.    Pour l’immigration, qu’elle impose aux peuples envahis
2.    Pour les interventions de l’OTAN au Moyen-Orient
3.    Pour le traité transatlantique, qu’elle négocie dans le dos des peuples


Et les Français ?
-      70% des Français pensent qu’il faut stopper l’immigration (voir ici)
-      77% des Français étaient hostiles à la guerre en Irak (voir ici)
-      72% des Français pensent que le libre-échange intégral est une mauvaise chose (voir ici)

Je résume : 80% des Français ont une mauvaise opinion de Donald Trump, parce qu’il a une moumoute jaune ; mais 75% des Français approuvent ses principales idées.
Voilà pourquoi les journaux nous parlent de la première, et pas des secondes.
Question subsidiaire : si Donald Trump croit vraiment ce qu’il dit (et n’est donc pas un Super-Sarkozy), s’il n’est pas mystérieusement assassiné et qu’il accède au pouvoir, que va-t-il se passer au sein des protectorats américains comme la France ? Sommes-nous à la veille d'un changement de régime ? Trump pourrait-il être à l'américanisation ce que De Gaulle fut à la colonisation ? A vrai dire, j'en doute. Les hypothèses "Sarkozysation" et "Assassinat" tiennent quand même la corde.


1 commentaire: