mardi 27 septembre 2016

Jusqu'où ?


Oui, je dois avouer que ces temps-ci, je ne suis pas loquace. J’ai déjà expliqué pourquoi. Mais, en cette rentrée, je voudrais tout de même dire trois mots. Sur le burkini ? Sur nos ancêtres les Gaulois ? Non, pas vraiment, ou alors par prétérition. Comme vous vous en doutez, ces sujets relèvent de la pure et simple diversion. Ils n’ont qu’un but : faire croire aux électeurs qu’il existe un véritable antagonisme entre le PS et l’UMP. Autrement dit que Bonnet Blanc n’a strictement rien à voir avec Blanc Bonnet. Evidemment, c’est de la foutaise. Vous aurez en effet remarqué que sur ce genre de sujet, la seule solution durable, saine, logique, en rapport avec le problème -arrêter les flux migratoires de toute urgence- est a priori exclue des débats. S’il y a bien une chose que PS et UMP ne remettront jamais en cause, c’est l’invasion migratoire qu’ils organisent depuis des décennies. Partant, leurs joutes oratoires sur ces sujets sont du pur théâtre.






Cela fait penser à ces deux imbéciles dont Kant disait que l’un essaie de traire un bouc pendant que l’autre lui tend un tamis pour recueillir le lait. Ainsi, les uns diront qu’il faut autoriser le burkini tandis que les autres voudront interdire strictement les insignes religieux dans l’espace public. Quelle solution préférez-vous ? Ni l’une ni l’autre ! Il est évident que la seconde mesure aboutirait à des tracasseries contre les catholiques dans leur propre pays, et la première à la privatisation de certaines plages par les musulmans. La seule solution consiste à cesser de remplir la France de musulmans. C’est précisément la seule solution rejetée par le Système. Que dis-je, elle n’est même pas rejetée, elle est passée sous silence. Elle n'existe pas. Pourtant, elle tombe sous le sens. Quand on fait venir des millions de musulmans dans un pays, il faut s’attendre à ce qu’ils se comportent en musulmans. Il est même, à mon sens, injuste d’entraver le libre exercice voire le libre essor de leur culte. En conséquence, si l’on a des réserves à l’égard des pratiques musulmanes, la seule mesure de bon sens est de ne pas faire venir trop de musulmans dans le pays. L’attitude de nos gouvernants, qui consiste à organiser une immigration de peuplement, puis à admettre –trop tard, et du bout des lèvres- que cela pose quelques petits problèmes est un chef d’œuvre d’inconséquence. Et d’inconséquence criminelle. Il faudrait même dire de perversité. Cela ressemble à un scénario de film d’horreur, dans le genre Saw : on met les gens dans une situation telle qu’ils sont contraints de choisir entre deux mauvaises solutions, également mortelles. Quant à la prétention des « valeurs républicaines » et autres prêchi-prêcha maçonnique à convertir ces populations à la laïcité, elle est proprement risible. L’Education nationale n’est même pas fichue de leur apprendre à lire correctement. Alors transformer l’Islam... Mais je m’emporte.

Ce n’est pas de cela que je voulais parler. Je voulais dire un mot de la dernière campagne du planning familial en faveur de l’avortement. Cela dit, il existe bien un lien avec le sujet précédent : la volonté forcenée du Système de remplacer la population indigène par des allogènes. Non contente de faire de l’immigration massive un dogme intouchable, l’idéologie dominante a haussé l’avortement au rang de conduite citoyenne. De moindre mal, dans des circonstances bien définies, l’avortement est quasiment devenu un bien. Et même un étendard du Bien. Il est désormais tout à fait officiel, de la bouche même de la ministre de la famille (!) qu’essayer de dissuader une femme d’avorter est un acte moralement répréhensible. Et bientôt puni par la loi. Les prophéties d’Isaïe se réalisent : « Ils appellent le mal bien et le bien mal ». La dernière campagne était glaçante car elle visait à rendre l’avortement quasiment romantique. Souvenez-vous (voir ici). Cette fois, plus de romantisme. Les publicitaires de la mort ont opté pour l’horreur grinçante, le ricanement sanguinaire. Regardez l’affiche.


Il y a seulement dix ans, une telle affiche aurait passé pour un élément de propagande anti-avortement. Nous en sommes à un tel effondrement spirituel, et à un tel degré d’obscurcissement de la conscience morale, que cette affiche est la pièce centrale d’une campagne qui en fait la promotion. Si l’on comprend bien, l'idée particulièrement tordue, est de dire qu’en cas de remise en cause du droit sacré à l’avortement, il faudrait en revenir aux vieilles méthodes. Dont la méthode du cintre. Dès lors, les opposants à l’avortement sont accusés d’être les fourriers du retour du cintre. Donc les méchants de l’histoire. Le broyage du fœtus par un aspirateur ou son dépeçage par des pinces sont tellement plus doux. Voilà qui nous laisse sans voix.


Mais si les hommes se taisent, le sang des innocents, lui, crie vers le ciel.

 

2 commentaires:

  1. Ca fait plaisir de vous relire Frédéric ! Le burkini est un faux sujet de diversion c'est exactement ce que je me suis dit... Ce qui est rigolo, c'est que ce sont toujours les mêmes qui en font des caisses là dessus, genre Ciotti le planqué du service militaire ou son copain motodidacte de Nice... Les mêmes qui ont tout vendu, tout trahi... J'irai voter De Gaulle à la primaire ;-)

    RépondreSupprimer